Selon un nouveau rapport, le monomoteur F-35 est un mauvais choix pour l’Arctique canadien

Communiqué
Pour publication immédiate
9 juin 2014

 
Selon un nouveau rapport, le monomoteur F-35 est un mauvais choix pour l’Arctique canadien

 
OTTAWA – L’Institut Rideau et le Centre canadien de politiques alternatives publient un nouveau rapport sur le monomoteur F-35.

 
One Dead Pilot est le résultat du travail du professeur de sciences politiques Michel Byers de l’Université de la Colombie Britannique, qui a récemment reçu le Prix Donner, d’un montant de 50 000 $, pour son livre International Law and the Arctic.

 
Ce rapport réagit à l’ouverture continuellement marquée par le gouvernement Harper en faveur du chasseur F-35 pour remplacer la flotte vieillissante des chasseurs CF-18. Tous les autres modèles d’avions à l’étude sont des bimoteurs, à l’exception du F-35.

 
Comme l’explique le professeur Byers, cette différence à des conséquences marquées pour la sécurité, particulièrement pour les pilotes en opération au-dessus de l’Arctique canadien et de vastes étendues maritimes : « La décision d’acheter un chasseur monomoteur résultera presque inévitablement en la perte inutile de la vie de pilotes canadiens.»

 
 
Il y a 35 ans, les deux moteurs du CF-18 ont constitué un facteur dans la décision de choisir cet appareil de préférence au monomoteur F-16.

 
 

Aujourd’hui, le gouvernement Harper soutient que des améliorations dans la fiabilité des moteurs signifient qu’un monomoteur peut être aussi sécuritaire qu’un bimoteur.

 
Le rapport du professeur Byers intègre des statistiques récentes obtenues du Centre de sécurité de la U.S. Air Force, qui démentent cette affirmation. Le nombre d’accidents entraînant la perte d’un pilote et/ou d’un avion demeure significativement plus élevé pour les chasseurs monomoteurs que pour les bimoteurs.

 
Toujours selon le rapport, les risques associés à un monomoteur sont multipliés du fait de la géographie canadienne — l’immensité de l’Arctique et les plus longues côtes maritimes du monde — de même que d’un système de recherche et de sauvetage quasiment détruit. Comme l’explique le professeur Byers, « Un pilote forcé de s’éjecter dans l’Arctique après la perte de son moteur pourrait n’avoir que quelques heures de survie devant lui. »

 -30-
One Dead Pilotest disponible sur le site Internet de l’Institut Rideau. 
 

Pour plus d’information, veuillez contacter :

 

Professeur Michael Byers, Université de la Colombie-Britannique
cel. 1-250-526-3001 courriel. michael.byers@ubc.ca

N.B. M. Byers est à Ottawa du 9 au 11 juin.

 
Lisez la suite

Comments are closed.




Une ancienne ambassadrice de l’ONU pour le désarmement présidera l’Institut Rideau

Communiqué pour publication immédiate le 26 juin 2014   Une ancienne ambassadrice de l’ONU pour le désarmement présidera l’Institut Rideau   (Ottawa) Le Conseil d’administration de l’Institut Rideau sur les affaires internationales est fier d’annoncer que Mme Peggy Mason, ancienne ambassadrice du Canada pour le désarmement auprès de l’ONU, est la nouvelle présidente de l’organisme. […]

Lisez la suite
Allez au blogue »

Selon un nouveau rapport, le monomoteur F-35 est un mauvais choix pour l’Arctique canadien

Communiqué Pour publication immédiate 9 juin 2014   Selon un nouveau rapport, le monomoteur F-35 est un mauvais choix pour l’Arctique canadien   OTTAWA – L’Institut ...

Communiqué – Selon un nouveau rapport, la flotte des F- 35 pourrait coûter 126 G$

Communiqué Pour publication immédiate 29 avril 2014   Selon un nouveau rapport, la flotte des F- 35 pourrait coûter 126 G$   OTTAWA — L’Institut Rideau ...