Selon un expert en sécurité, la déclaration sur le périmètre de sécurité menace la vie privée des Canadiens

Communiqué
Pour publication immédiate
15 septembre 2011

OTTAWA — L’Institut Rideau a publié un nouveau rapport qui critique la Déclaration canado-américaine récente portant sur une Vision commune du périmètre de sécurité.

Le rapport intitulé Shared Vision or Myopia: The Politics of Perimeter Security and Economic Competitiveness (« Vision commune ou myopie commune : la politique du périmètre de sécurité et de la compétitivité économique ») est le fruit du travail de Gar Pardy, ancien haut fonctionnaire aux Affaires étrangères et agent de liaison avec la CIA, qui examine la menace posée à la protection des renseignements personnels des Canadiens par cette nouvelle initiative.

« L’approche de la Vision Commune est la dernière d’une série d’initiatives bilatérales qui tentent, depuis 2001, d’accommoder la paranoïa sécuritaire des Américains afin d’alléger les restrictions au commerce transfrontalier, » dit Gar Pardy. « Mais elle ne tient pas compte du fait que la politique américaine reste fondamentalement centrée sur la mentalité de la Forteresse America. »

Les recommandations du rapport portent entre autres sur ces priorités :

1. Autoriser les Commissaires à la protection de la vie privée à étudier tous les nouveaux accords avec les États-Unis qui ont une incidence sur les droits des Canadiens à la protection des renseignements personnels, puis à superviser la mise en œuvre de tels accords et à faire rapport annuellement au Parlement des résultats de leurs études et supervisions.

2. Conformément aux recommandations de la Commission Arar, créer un organisme unique pour superviser toutes les organisations canadiennes de police et de sûreté engagées dans le transfert d’information entre le Canada et les États-Unis. Mandater cet organisme pour accueillir, faire enquête et rendre publics ses rapports sur toute plainte associée à la fourniture d’information aux autorités américaines.

3. Négocier un traité séparé sur la protection des renseignements personnels qui sont relayés aux États-Unis pour des motifs de sécurité nationale, ce qui protègerait de tels renseignements s’ils tombaient hors du cadre de l’actuel accord bilatéral entre le Canada et les États-Unis.

« Ce rapport appelle clairement une meilleure supervision publique de l’entente proposée de sécurité du périmètre entre le premier ministre Harper et le président Obama, » a déclaré Steven Staples, président de l’Institut Rideau.

L’Institut Rideau est un groupe indépendant, sans but lucratif et non partisan de recherche, de revendication et de consultation basé à Ottawa.

– 30 –

Le rapport « Shared Vision or Myopia: The Politics of Perimeter Security and Economic Competitiveness » est disponible ici. (en anglais seulement)

 

Pour plus d’information :

Steven Staples, président Bur. 613 565-9449 Cel. 613-290-2695 Cour. sstaples@rideauinstitute.ca

Lisez la suite

Comments are closed.




Une ancienne ambassadrice de l’ONU pour le désarmement présidera l’Institut Rideau

Communiqué pour publication immédiate le 26 juin 2014   Une ancienne ambassadrice de l’ONU pour le désarmement présidera l’Institut Rideau   (Ottawa) Le Conseil d’administration de l’Institut Rideau sur les affaires internationales est fier d’annoncer que Mme Peggy Mason, ancienne ambassadrice du Canada pour le désarmement auprès de l’ONU, est la nouvelle présidente de l’organisme. […]

Lisez la suite
Allez au blogue »

Selon un nouveau rapport, le monomoteur F-35 est un mauvais choix pour l’Arctique canadien

Communiqué Pour publication immédiate 9 juin 2014   Selon un nouveau rapport, le monomoteur F-35 est un mauvais choix pour l’Arctique canadien   OTTAWA – L’Institut ...

Communiqué – Selon un nouveau rapport, la flotte des F- 35 pourrait coûter 126 G$

Communiqué Pour publication immédiate 29 avril 2014   Selon un nouveau rapport, la flotte des F- 35 pourrait coûter 126 G$   OTTAWA — L’Institut Rideau ...