Avec peu de chances de réussite, la mission de formation en Afghanistan risque de causer de nombreuses pertes humaines

Communiqué de presse
Pour publication immédiate
11 avril 2011

Avec peu de chances de réussite, la mission de formation en Afghanistan risque de causer de nombreuses pertes humaines

Ottawa — Le projet du gouvernement de prolonger la mission des Forces canadiennes en Afghanistan doit faire l’objet d’un débat public, affirme un rapport publié par le Centre canadien des politiques alternatives et l’Institut Rideau.

Les analystes Michael Byers et Stuart Webb ont constaté que la nouvelle mission de formation des forces afghanes, d’abord proposée par les libéraux puis adoptée par les conservateurs, expose les soldats canadiens à de multiples dangers :

Toutes les opérations militaires comportent des risques intrinsèques d’accidents et de « tir fratricide »;

Les centres de recrutement et de formation ont fait l’objet d’attaques répétées des insurgés;

Les soldats canadiens devront patrouiller dans des périmètres de sécurité autour de leurs bases, où ils seront vulnérables à des attaques;

La formation exigera vraisemblablement des opérations sur le terrain, « hors du périmètre », où une mission de formation peut rapidement se transformer en véritable combat avec les insurgés;

Et, fait beaucoup plus inquiétant, des insurgés ont déjà infiltré les rangs des recrues de l’Armée nationale afghane, et ont retourné leurs armes contre les formateurs militaires étrangers à l’intérieur des centres de formation;

Le rapport conclut qu’en dépit des intentions affirmées du premier ministre Harper d’assurer une mission plus « sécuritaire » pour les Forces canadiennes en Afghanistan, il est probable que de nombreux soldats canadiens seront tués ou subiront des blessures permanentes, et que la mission s’avèrera un échec.

« Même s’ils ne le reconnaissent pas, la plupart des gouvernements occidentaux ont jeté la serviette en Afghanistan », dit le coauteur Michael Byers. « La mission de formation est à l’évidence une stratégie de sortie qui va coûter la vie d’encore plus de Canadiens. »

Les auteurs déplorent que les élections aient évincé un véritable débat public sur la mission. « Il faut informer les Canadiens des risques de cette mission », ajoute le coauteur Stewart Webb.

“Training Can Be Dangerous: A Realistic Assessment of the Proposed Canadian Mission to Train Afghan National Security Forces” (La formation peut être dangereuse : une évaluation réaliste de la mission canadienne proposée de formation des Forces de sécurité afghanes) par le Centre canadien des politiques alternatives et l’Institut Rideau.

http://www.policyalternatives.ca/publications/reports/training-can-be-dangerous

– 30 –

Michael Byers, tél. : 604-561-3049, courriel : michael.byers@ubc.ca

Lisez la suite


Répondez




Une ancienne ambassadrice de l’ONU pour le désarmement présidera l’Institut Rideau

Communiqué pour publication immédiate le 26 juin 2014   Une ancienne ambassadrice de l’ONU pour le désarmement présidera l’Institut Rideau   (Ottawa) Le Conseil d’administration de l’Institut Rideau sur les affaires internationales est fier d’annoncer que Mme Peggy Mason, ancienne ambassadrice du Canada pour le désarmement auprès de l’ONU, est la nouvelle présidente de l’organisme. […]

Lisez la suite
Allez au blogue »

Selon un nouveau rapport, le monomoteur F-35 est un mauvais choix pour l’Arctique canadien

Communiqué Pour publication immédiate 9 juin 2014   Selon un nouveau rapport, le monomoteur F-35 est un mauvais choix pour l’Arctique canadien   OTTAWA – L’Institut ...

Communiqué – Selon un nouveau rapport, la flotte des F- 35 pourrait coûter 126 G$

Communiqué Pour publication immédiate 29 avril 2014   Selon un nouveau rapport, la flotte des F- 35 pourrait coûter 126 G$   OTTAWA — L’Institut Rideau ...