L’Institut Rideau demande la fin des livraisons de véhicules militaires à l’Arabie saoudite

Communiqué
Pour publication immédiate
21 mars 2011

L’Institut Rideau demande la fin des livraisons de véhicules militaires à l’Arabie saoudite

Ottawa — Des pressions s’exercent sur le gouvernement fédéral pour qu’il interdise de nouvelles livraisons à l’Arabie saoudite de véhicules militaires construits au Canada et qu’il décrète un embargo sur les exportations de fournitures militaires au Moyen-Orient tant que durera la présente période d’agitation politique.

Le 14 mars, des troupes en provenance d’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis sont entrées au Bahreïn avec l’objectif de soutenir le gouvernement de ce pays face à l’escalade de revendications citoyennes pour des réformes démocratiques. Ces actions ont entraîné des morts parmi la population civile.

Selon des captations vidéo diffusées par les agences de presse, il apparaît que les véhicules blindés légers (VBL) utilisés par les troupes saoudiennes sont du même type que ceux fabriqués au Canada.

Dans les années 1990 et au début des années 2000, le Canada a vendu plus de 1200 VBL, fabriqués par la Division diesel de General Motors (aujourd’hui General Dynamics Land Systems Canada) à London, Ontario, à la garde nationale d’Arabie saoudite.

Selon un rapport publié par le Washington Post le 25 novembre 2009, une livraison de 724 véhicules blindés légers construits au Canada est attendue par la garde nationale saoudienne en avril 2011. On ignore le statut actuel de cette livraison.

« Les armes fabriquées au Canada ne devraient pas servir à étouffer la démocratie au Bahreïn ou nulle part ailleurs » a commenté Steven Staples, président de l’Institut Rideau. « Au moment où les populations du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord demandent avec de plus en plus d’insistance à leurs gouvernements de leur rendre des comptes, les Canadiens devraient s’inquiéter des exportations d’armes fabriquées ici vers cette région du globe. »

Les politiques de surveillance des exportations du gouvernement du Canada sont destinées à exercer « un contrôle étroit » sur les exportations militaires vers des pays « subissant des menaces ou engagés dans des hostilités » et des pays « dont les gouvernements ont fait preuve à répétition de violations sérieuses des droits humains envers leurs citoyens. »

L’Institut Rideau est un groupe indépendant de recherche, de revendication et de consultation en politiques de défense, basé à Ottawa.

– 30 –

Information :

Steven Staples, président | tél. 613 565-9449 | cel. 613 290-2695 cour. sstaples@rideauinstitute.ca

Pour plus d’information :

General Dynamics gets $2.2 billion deal.” The Washington Post, Nov. 25, 2009.

Vidéo sur YouTube

Rapport sur les exportations de matériel militaire du Canada 2007-2009.

Lisez la suite


Répondez




Une ancienne ambassadrice de l’ONU pour le désarmement présidera l’Institut Rideau

Communiqué pour publication immédiate le 26 juin 2014   Une ancienne ambassadrice de l’ONU pour le désarmement présidera l’Institut Rideau   (Ottawa) Le Conseil d’administration de l’Institut Rideau sur les affaires internationales est fier d’annoncer que Mme Peggy Mason, ancienne ambassadrice du Canada pour le désarmement auprès de l’ONU, est la nouvelle présidente de l’organisme. […]

Lisez la suite
Allez au blogue »

Selon un nouveau rapport, le monomoteur F-35 est un mauvais choix pour l’Arctique canadien

Communiqué Pour publication immédiate 9 juin 2014   Selon un nouveau rapport, le monomoteur F-35 est un mauvais choix pour l’Arctique canadien   OTTAWA – L’Institut ...

Communiqué – Selon un nouveau rapport, la flotte des F- 35 pourrait coûter 126 G$

Communiqué Pour publication immédiate 29 avril 2014   Selon un nouveau rapport, la flotte des F- 35 pourrait coûter 126 G$   OTTAWA — L’Institut Rideau ...